A Thousand Societies

Spread the love

ATS apparaît fin 1991 avec deux membres : Jacques Terrier et Johann Ruchalski. Deux ex-membres de « Frozen Tears » (musique courant New Wave des années 1988/1990). Le nom de « A Thousand Societies » est lancé au Rockline-Lille après un concert de « Pour l’Exemple » (ex : « Guerre Froide). Deux ans plus tard, dans la symbolique, ils apparaissent scéniquement pour la première fois au Rockline, après avoir enregistré les deux premières maquettes (« La Ronde Cadavérique » et « Défigurant Les Figurants »).
Ils effectuèrent entre 1993 et 1995 une série de concerts sur Lille : Le Themis, Le Rockline, des concerts à Bourges, Troyes, Strasbourg (La Laiterie), en Belgique à Waregem, au Steeple ainsi qu’à la Haye (Pays Bas). ATS a notamment joué avec « Project Pitchfork », « In The Nursery », « Plastic Noise Experience », « Image Transmission », « Quantom 1+3 », « The Land of Passion », « K-Nitrate », « Ombre », « Spatter Squall »…

Fin 1995, apparaît la maquette : « Le Passage Précisément… », puis le groupe se sépare en 1996.

Lors de cette période, ils comparèrent dans trois compilations.

En 2003 après une brève apparition avec « Void Kampf », Johann Ruchalski reprend du service avec Olivier Camus et Rémy Samier. Ils tentent de produire un album s’intitulant : « Extrème Centre » mais le projet n’aboutit pas. Cependant, un concert s’établit en novembre 2003 avec « Psychosomatik », « Oxsana Prism » et « Von Doktors ».

Après 7 ans de silence, Johann Ruchalski rencontre Jean Christophe Sailly (ex-membre de : « Buzz ») pour former ATS. La fusion fait merveille. En un an et demi de travail acharné, ces deux derniers composent : « Le Crépuscule des Idoles ». Ce disque est de loin la meilleure œuvre de « A Thousand Societies », en effet la musique est à la fois tubesque, mélancolique et parfois hargnieuse, et teinté d’une voix suave au féminin (Milane Ruchalski). Un mélange d’ Electro-Pop, d’ EBM volontairement édulcoré et une teinte de Dark Folk (à la façon de : « Dernière Volonté »). L’ œuvre centrale de ATS gravite autour de la décadence de notre monde d’un point de vue culturel, politique, économique et musical, le désenchantement est à son apogée. Depuis la sortie du « Crépuscule des Idoles » fin mai 2011, ATS a contribué à la compilation : « Electro For Japan » dirigé par leur ami Jean Christophe du groupe : « Buzz ».

Leur premier concert eu lieu à « La Rumeur » à Lille le 2 juillet 2011, puis à l’ESN le 20 août avec notamment : « SA 42 ». Les aventures scéniques s’enchaineront avec un concert au « Blue Devils » à Arras et d’autres concerts pour le premier semestre 2012 sont déjà prévus. En ce qui concerne le prochain opus qui pourrait s’intituler : « Express-Sionisme » celui-ci sortira fin 2012 ou premier semestre 2013 (en auto-prod ou sur label).

Texte : Emmanuel Delmarre – Nordwaves

https://www.youtube.com/watch?v=4a5CmJhqBGM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *